Jeudi 8 décembre, mettons la table comme un dimanche !

4 décembre 2016

Chers amis,

Au cœur de ce Temps de l’Avent se trouve une fête bien particulière : celle de la Vierge Marie, fêtée dans son Immaculée Conception. C’est-à-dire que, 

"de toute éternité et de façon toute gratuite, Dieu a choisi Marie pour être la Mère de son Fils. Pour accomplir cette mission, elle a été immaculée dès sa conception. Cela signifie que, par la grâce de Dieu et en vue des mérites de Jésus Christ, Marie a été préservée du péché originel dès sa conception."
Résumé du catéchisme de l’Eglise Catholique, 96).

Une question se pose alors, qu’est-ce que le péché originel ? "Le péché originel, avec lequel naissent tous les hommes, est l’état de privation de sainteté et de justice originelles dans lequel naissent tous les hommes. C’est un péché que nous avons « contracté » et non un péché que l’on « commet » ; c’est une condition de naissance et non un acte personnel. En raison de l’unité originelle de tout le genre humain, ce péché se transmet aux descendants d’Adam avec la nature humaine, « non par imitation, mais par propagation ». Cette transmission reste un mystère que nous ne pouvons saisir pleinement." (Résumé du catéchisme de l’Eglise Catholique, 76).

L’Immaculée Conception, fêtée chaque année le 8 décembre devient pour nous, une source d’immense espérance, de grande joie. La Vierge Marie vient rejoindre chaque membre de notre famille, chaque futur foyer, chaque personne âgée, chaque enfant dans notre soif la plus profonde de Vérité, de Lumière, de Pureté. Dans sa tendresse maternelle envers chacun de nous, elle vient vers nous, et nous demande juste d’ouvrir notre cœur pour nous préparer à fêter la Naissance de Jésus notre Sauveur, avec un cœur renouvelé. Pour trouver, pour retrouver la joie profonde, vraie dans notre âme, Marie nous enseigne, comme le fait une maman envers ses enfants, que d’accueillir, demander, recevoir le Pardon de Dieu dans la confession, c’est le chemin indispensable pour que la Joie, la Lumière, la Pureté entre ou entre à nouveau dans notre vie.

En France de manière toute spéciale, nous aimons beaucoup fêter l’Immaculée avec des processions, flambeaux à la main à travers les rues de nos villes. Le 8 décembre prochain, pourquoi ne pas prendre le temps d’aller à la Messe ? Pourquoi ne pas prendre le temps d’entrer dans une église, d’y mettre un cierge, de m’asseoir quelques instants ?
A la maison, on peut allumer des veilleuses sur le rebord de nos fenêtres pour demander à Marie de visiter notre maison, notre famille, et d’y apporter cette joie retrouvée à travers le pardon reçu, échangé. Dressons la table de famille comme si c’était un dimanche. Faisons un beau gâteau. Fleurissons le coin prière et prenons le temps de prier Notre-Dame, de déposer nos intentions dans son cœur de Mère.

A chacun, bonne et joyeuse fête de l’Immaculée.

A la semaine prochaine

Père Hubert Lelièvre